Accueil Commission scientifique Résultats de 12 années de relevés faunistiques en Zélande (R. Sheridan)

Le club

DSC02037.JPG

Divers

Résultats de 12 années de relevés faunistiques en Zélande (R. Sheridan) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Marlière Pierre   
R. Sheridan est chef de travaux à l’université de Mons. Depuis des années, il a entrepris de collationner différentes données sur la faune et flore observée en plongée en Zélande. Cette base de données (environ 40.000 observations) est utilisée notamment pour le livre Zélande dont il est une des chevilles ouvrière.

Quelques chiffres et conclusions :

environ 300 espèces observées en Zélande
Parmi ces espèces, 19 sont observées plus d’une plongée sur 2 et 53 le sont plus d’une plongée sur 10.
Les autres sont donc observées moins d’une fois sur 10.
Les espèces observées varient d’une année à l’autre, mais aussi pendant l’année et suivant le lieu de plongée.
Les variations saisonnières et les variations annuelles peuvent être importantes. Par exemple, le tacaud est observé dans 10% des plongées en 97. Cette fréquence monte jusqu’à 45% en 2003, mais chute à 5% en 2005 ! Il ne s’agit pas forcément d’une disparition : les populations obéissent pour la plupart à des cycles liés à l’abondance de nourriture, aux prédateurs, au climat. …
D’une manière générale, les sites les plus diversifiés sont ceux du GREVELINGEN et de l’Oosterschelde, à l’exception des sites à l’est du Zeelandbrug. Les sites de Veerse Meer , de la mer du Nord et de l’est de l’Oosterschelde sont relativement plus pauvres.
Il y a aussi des variations d’un site à l’autre.
Sur les sites «riches» , on observe environ 30 espèces par plongée. Sur les sites « pauvres », environ 20.
Qu’en retenir comme plongeur ?

En reconnaissant une 60 aines d’espèces (en gros, le bouquin Zélande), on identifiera 90% des espèces rencontrées en plongée
Si on veut voir des espèces variées, il faut plonger souvent, à des endroits différents et à différentes périodes de l’année.
Ce qu’on voit dans l’eau, c’est d’abord autre chose que des poissons ! Ceux-ci ne représentent d’ailleurs qu’une petite minorité des espèces observées.
Je ne résiste pas à la tentation de vous donner la liste des 19 espèces les plus communes (sp. dans le nom latin veut dire que l’espèce exacte n’a pas été distinguée ou que plusieurs espèces très proches sont regroupées).
 

 

Nom scientifique

 

Nom vernaculaire

Page du livre Zélande

Fréquence d'observations

Carcinus       maenas

crabe vert; c. enragé
strandkrab

196

92.5%

Asterias       rubens

astérie commune; a. rouge
gewoone zeester

238

87.4%

Diadumene      cincta

anémone flammée
golfbrekeranemoon ; baksteenanemoon

132

82.1%

Sagartia       troglodytes

sagartie des vases
slibanemoon

124

81.4%

Styela         clava

ascidie plissée
knotszakpijp ; japanse zakpijp

256

80.6%

Ciona          intestinalis

cione intestinale; ascidie jaune
doorzichtige zakpijp

248

78.9%

Balanus        sp.

balane
zeepok

224

78.7%

Crassostrea    gigas

huître creuse; h. japonaise; h. portuguaise
japanse of portugese oester

152

75.6%

Pomatoschistus sp.

gobies
grondel

296

74.9%

Haliclona      oculata

crevette variable ; c . des herbiers
veranderlijke steungarnaal

214

74.8%

Pagurus        bernhardus

Bernard l'ermite; pagure
gewone heremietkreeft

208

72.9%

Mytilus        edulis

moule (sans frites)
mossel (zonder frietjes)

154

71.8%

Crepidula      fornicata

crepidule
muiltje ; slippertje

162

69.7%

Metridium      senile

actinie plumeuse
Zeeanjelier

122

69.5%

Homarus        gammarus

homard d'Europe
zeekreeft

218

63.0%

Sagartiogeton  undatus

Sagartiogeton
weduwroos

126

59.2%

Ophiotrix      fragilis

ophiure fragile
brokkelster

240

53.8%

Cliona         celata

clione jaune
boorspons

82

53.7%

Gobius         niger

gobie noir
zwarte grondel

298

50.5%